<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=741292666218767&amp;ev=PageView&amp;noscript=1 https://www.facebook.com/tr?id=741292666218767&amp;ev=PageView&amp;noscript=1 ">

Votre esprit sain

Comment adopter des comportements sains face aux médias sociaux

Publié par Dr. Peter Farvolden, Ph.D., C.Psych. on 14 janv. 2019 à 15:10:24

B2C_socialmediahealthy_banner-1400x315

Les médias sociaux permettent aux gens de rester en contact et d’entretenir des conversations avec de vieux amis. Mais ils peuvent aussi nous dépasser et nous accabler sous un flux constant d’actualités et de vidéos. Défiler, aimer, partager... Ces options ont changé la façon dont nous nous informons, dont nous interagissons avec les autres et dont nous nous percevons.

Les médias sociaux sont excitants, attirants et personnels, et pourtant ils nous mettent parfois de la pression. Il est intéressant de noter que plusieurs experts en technologie de Silicon Valley interdisent à leurs enfants d'utiliser les réseaux sociaux, car ils savent que ceux-ci ont été conçus de façon à nous faire passer le plus de temps possible sur les plateformes.

Avec les médias sociaux, des sentiments négatifs accompagnent les positifs. Vous pourriez ressentir le besoin d’être toujours affiché, de montrer que vous menez une vie intéressante. Certaines personnes y passent énormément de temps, d’une manière qui ne flatte pas leur estime de soi.

Actualités ou la peur de rater quelque chose

Certains réseaux sociaux, comme Twitter, sont utiles pour rester informé sur les actualités. Et ce flux de nouvelles n’arrête jamais, ce qui peut mener à la peur de rater quelque chose (en anglais, fear of missing out), ou l’inquiétude de ne pas être au fait des événements en cours.

Comme c’est le cas à la télévision et à la radio, la plupart des sujets d’actualités traitent d’événements préoccupants, et plusieurs constituent de la spéculation rapportée par des pseudos experts plutôt que de se baser sur des faits. Ceci fait en sorte que les nouvelles sont très sensationnalistes et qu'elles contribuent aux sentiments de doute, d’anxiété et d’impuissance, en plus de vous donner l’impression que vous devez en savoir plus...

Il est possible de se sentir dépassé par les nouvelles négatives. Vous pourriez faire un temps d’arrêt et vous demander si vous devez vraiment en apprendre plus sur ce sujet. Le fait de lire plusieurs sources qui rapportent la même histoire inquiétante sous un angle différent peut aussi aggraver vos sentiments négatifs.

Donnez-vous la permission d’arrêter d'être à l'affût, et cessez de faire défiler la page. Sur certaines plateformes, comme Twitter, vous pouvez utiliser les paramètres pour masquer certains sujets précis.

Astuce :

Essayez de vous répéter : « J’en sais suffisamment sur cette histoire.

Est-ce que je sais tout? Non, j’en sais assez. C’est suffisant. »

 

Le piège de la comparaison avec vos amis

Du point de vue de notre expérience clinique, les sentiments liés à l'anxiété ou à la dépression peuvent surgir lorsque les gens regardent les mises à jour de leurs amis sur les médias sociaux. On a l’impression que tout le monde fait des choses excitantes, alors qu’on est coincé dans une vie quotidienne remplie de corvées, de défis et de routine. C’est un problème lorsqu’on se compare à ce que nos amis partagent en ligne.

Il est important de se rappeler que les pages Instagram et Facebook de vos amis ne montrent que des moments clés. Ces soi-disant vies parfaites sont faites de photos soigneusement sélectionnées, qui laissent de côté les moments banals et quotidiens que nous connaissons tous.

Astuce :

Évitez de vous sentir dépassé par les publications de vos amis en limitant l’endroit où vous voyez leurs mises à jour à une seule plateforme de réseau social, comme Facebook ou Instagram.

 

Mettez-vous des limites et fixez-vous des objectifs

Mettre des limites sur votre utilisation des médias sociaux est une bonne idée si vous savez ce qui vous occasionne du stress.

Vous pourriez essayer de restreindre votre utilisation avec des limites de temps ou d’endroits. Installez votre recharge à l'extérieur de votre chambre et laissez-y votre téléphone cellulaire toute la nuit. Instaurez une heure de souper sans appareils technologiques, ou évitez de vérifier vos médias sociaux lors de votre arrivée à la maison jusqu’à ce que vos enfants soient au lit. Regardez si votre téléphone possède la fonction qui vous informe du temps passé sur chaque application. Vous pourriez être surpris.

Il n’est pas toujours facile de se limiter, mais le jeu en vaut la chandelle. Les gens qui restreignent l’utilisation de leurs médias sociaux se réjouissent souvent d’avoir retrouvé beaucoup de temps libre. C’est un aspect positif auquel aspirer.

Astuce :

Voyez si vous pouvez utiliser le temps que vous passez sur les médias sociaux pour faire quelque chose de sain.

Prenez un cours, commencez à courir ou faites du bénévolat.

Des activités saines vous aideront à dissiper le sentiment selon lequel vous n’êtes pas en contrôle, tout en faisant une différence sur votre bien-être.

 

Développer de saines façons d'aborder les médias sociaux tout en préservant votre bien-être mental représente un défi. Donnez-vous le droit d’arrêter de suivre certains sujets, essayez de ne pas vous comparer aux autres et limitez quand et où vous utilisez les réseaux. Ce sont toutes de bonnes façons pour adopter de saines habitudes face aux médias sociaux.


Articles connexes

Sujets: Stress, dépression, anxiété, éducation postsecondaire, Adultes qui travaillent

BEACON est pris en charge pour de nombreux Canadiens.

Vérifiez auprès de votre employeur ou de votre prestataire de régimes d’avantages sociaux pour savoir comment accéder à la thérapie numérique BEACON à un prix réduit ou sans frais.

Demandes concernant les médias

Pour plus d’informations relativement à la couverture de presse ou médiatique, ou pour organiser une entrevue, veuillez nous envoyer votre courriel ci-dessous et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Articles récents