<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=741292666218767&amp;ev=PageView&amp;noscript=1 https://www.facebook.com/tr?id=741292666218767&amp;ev=PageView&amp;noscript=1 ">
Retour à la page principale

Quoi dire à une personne qui choisit de faire bonne figure?

Featured Image

Avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Il nous arrive tous, à un moment ou un autre, d’éprouver des difficultés, de nous sentir mal dans notre peau ou d’avoir l’impression de ne plus savoir où nous en sommes. Dans les faits, bon an mal an, 1 Canadien sur 5 est aux prises avec un trouble psychologique. De plus, 1 Canadien sur 2 a un trouble de santé mentale ou en a déjà eu un lorsqu’il atteint 40 ans. S’il faut reconnaître que notre santé psychique est mise à mal durant notre existence, il faut aussi reconnaître que personne ou presque ne veut aborder le sujet. Pourquoi?

Les raisons sont nombreuses, l’une d’elles étant que ce « masque » permet de cacher les émotions qui nous habitent. Comme la société valorise la force et le courage, nous avons tendance à dissimuler la vérité lorsque nous traversons une période éprouvante, sans oublier les nombreux préjugés qui subsistent à l’égard de la santé mentale, tout comme les sentiments de honte et d’humiliation qu’on y associe trop souvent. En plus de cela, bon nombre d’entre nous sont à peine capables de comprendre la complexité des émotions que nous ressentons. Il nous est donc particulièrement ardu de les verbaliser. Ne voulant pas embêter les autres avec nos inquiétudes par crainte d’être pris en pitié, nous préférons faire semblant de rien, convaincus que tout redeviendra normal en temps et lieu. Malheureusement, « faire bonne figure » n’apporte pas grand-chose de constructif. Cela accélère plutôt notre détachement affectif tout en limitant notre capacité à échanger avec les autres et à pouvoir s’entourer de nos proches pour bénéficier de leur soutien. Alors, quoi dire à une personne qui fait mine de bien aller?

Prenez en considération le lieu et l’instant
Rencontrez-vous au moment et à l’endroit qui vous convient mutuellement pour pouvoir échanger sans distraction. Optez pour une promenade après le travail ou offrez-vous un café durant la fin de semaine. Sinon, choisissez quelque chose qui plaît aux deux parties : randonnée, magasinage, golf, etc. Le fait de pratiquer une activité avec cette personne (tout en favorisant la discussion) peut réduire considérablement la pression qui pèse sur elle.

Tenez-vous-en aux faits
Ignorez les rumeurs et les spéculations et ne portez pas attention à ce que les autres peuvent bien dire. Décrivez précisément les changements comportementaux que vous avez observés. Voici des exemples : « Tu as pleuré hier soir après le souper; veux-tu en parler? » « Tu sembles stressée ces derniers temps; j’ai remarqué que tu travailles beaucoup et que tu sors moins qu’avant. Est-ce que tout va bien? »

Cherchez à comprendre ce qui se passe
Posez des questions plutôt que de porter des jugements ou d’adopter une attitude alarmiste. Si cette personne sait que vous vous souciez véritablement de son bien-être et que vous êtes neutre à son égard, elle sera plus encline à se confier à vous. Privilégiez les questions ouvertes qui favorisent le dialogue et nécessitent plus qu’un simple « oui » ou « non ». Abstenez-vous d’émettre des hypothèses ou de tirer des conclusions et exprimez vos propos avec impartialité. Par exemple : « Je pense beaucoup à toi et je me demande si tu vas bien. » « Je voulais savoir comment vont les choses ces dernières semaines. »

Normalisez, encore et toujours
Relativisez la situation en la normalisant. Vous apporterez ainsi du réconfort à cette personne tout en atténuant la culpabilité qu’elle ressent. Confirmez-lui que les émotions qui l’animent sont normales et justifiées, et rappelez-lui que vous êtes là pour elle. Par exemple : « C’est légitime que tu te sentes perdue et que tu te remettes en question après une telle épreuve. » « La pandémie nous affecte tous sur le plan émotionnel et bien des gens sont stressés, anxieux et inquiets. »

Adaptez-vous à son rythme
Se confier n’est pas facile. Ne brusquez pas les choses et faites preuve de patience. Si la personne préfère garder le silence, respectez son choix. Elle s’exprimera quand elle sera prête à le faire, un point c’est tout. Dites-lui que vous saluez son courage et admirez sa bravoure, et que vous serez là pour l’écouter lorsqu’elle en ressentira le besoin. Ainsi, vous susciterez chez elle un sentiment d’autonomie tout en lui faisant comprendre qu’elle peut se fier à vous.

Exprimez-vous en privilégiant le « nous »
Proposez des pistes de solution et formulez des suggestions en utilisant « nous » plutôt que « tu » ou « toi ». Vous réitérerez ainsi à cette personne que vous l’épaulez et qu’elle peut compter sur vous. Par exemple : « Nous allons traverser cette épreuve ensemble. » « Nous ferons ce qu’il faut pour trouver une ressource professionnelle qui saura nous aider. »

Offrez-lui votre soutien
« Comment puis-je t’aider? » est l’une des questions les plus importantes que l’on peut poser à quelqu’un. Accompagner les gens qui nous sont chers n’est pas toujours simple, car les besoins de chacun varient selon les époques de sa vie. Cependant, c’est en questionnant qu’on peut aller au fond des choses. N’oubliez pas que si nous recherchons parfois de la consolation, nous avons aussi besoin de moments divertissants pour nous évader et faire le vide.

Dirigez-la vers des ressources
Selon la nature de votre relation, vous pourriez proposer à cette personne de l’accompagner à son prochain rendez-vous chez le médecin ou d’être à ses côtés si elle doit avoir une discussion sérieuse avec un proche. Rappelez-lui qu’elle peut faire appel à des spécialistes si nécessaire et que vous êtes là pour l’appuyer dans ses démarches.

Enfin, rappelez-vous que si vous avez pris le temps de lire cet article, c’est parce que cette personne vous tient vraiment à cœur. Même si vos échanges n’ont pas l’effet escompté, sachez que nous sommes tous capables de reconnaître la sincérité et la bienveillance. Vous pouvez avoir la certitude qu’une telle marque d’attention aura permis à cette personne de se sentir soutenue et écoutée. Qui plus est, vous pourriez possiblement lui avoir suffisamment de bien pour qu’elle choisisse de revenir vers vous en temps opportun.

Si vous avez des difficultés, MindBeacon est là pour vous aider avec une variété de soutiens disponibles dans notre Clinique virtuelle sécurisée. Si vous faites partie de notre programme de santé mentale en milieu de travail, veuillez consulter la page de votre entreprise pour accéder aux services couverts par votre programme.

Traduction libre de l'anglais.

Source :
https://www.camh.ca/en/driving-change/the-crisis-is-real/mental-health-statistics

« Faire bonne figure » n’apporte pas grand-chose de constructif.

 

 

 

Retour à la page principale

Abonnez-vous à Vivre avec résilience
par MindBeacon

Recevez les dernières nouvelles sur tout ce qui touche la santé mentale, par courriel chaque mois!