<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=741292666218767&amp;ev=PageView&amp;noscript=1 https://www.facebook.com/tr?id=741292666218767&amp;ev=PageView&amp;noscript=1 ">
Retour à la page principale

Une nouvelle normalité : Faciliter la transition vers le retour au travail ou à  l’école

Featured Image

Au cours des 18 derniers mois, on a vécu des changements sans précédent dans notre façon de travailler, de communiquer et de vivre. En plus de la pandémie elle-même, la réalité en évolution a été un changement difficile auquel on a dû s’adapter. Et maintenant que de nombreux aspects de la vie reprennent leur cours normal, il faut s’adapter de nouveau.

Cependant, tout changement peut être angoissant et accablant. Comme on est nombreux à retourner maintenant au bureau et en classe, il est inévitable d’éprouver des sentiments mitigés à ce sujet. D’un côté, vous ressentez peut-être de l’enthousiasme et un soulagement à l’idée de retrouver enfin certains aspects de la vie d’avant la pandémie, mais de l’autre, vous pouvez ressentir de l’anxiété et un stress face à ces changements. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de se sentir dans ces situations.

Le stress et l’anxiété font partie du changement, car ils sont là pour nous prévenir, pour nous protéger et pour veiller à notre sécurité. Depuis un an et demi, il est devenu (littéralement) dangereux et non sécuritaire de quitter nos maisons, et il faudra du temps pour que notre corps et notre esprit abandonnent ces réactions protectrices. De plus, on est nombreux à ressentir de l’anxiété à l’idée de socialiser après avoir été en isolement, et à être stressés par le retour à l’effervescence de la vie d’avant la pandémie.

Que vous ayez choisi ou non de retourner au bureau ou en classe, il y a des choses que vous pouvez faire pour faciliter la transition, maîtriser le stress et l’anxiété et adopter une routine qui vous convient.

Accepter ses émotions
Il est naturel de se sentir dépassé par les changements liés au retour au travail ou à l’école. Toutefois, il est important de se rappeler que vous n’êtes pas seul à ressentir ces sentiments et que la plupart des gens (sinon tout le monde) seront dans le même bateau pendant cette transition.

Résistez à l’envie de refouler ou de repousser vos émotions (surtout les plus inconfortables) qui surgiront. La répression de nos sentiments a habituellement l’effet inverse et risque plutôt de les exacerber. C’est lorsqu’on reconnaît, accepte et qualifie ses émotions qu’elles deviennent plus faciles à gérer. En fait, les examens d’IRM ont démontré que le simple fait de nommer nos émotions (p. ex., « Je ressens de l’anxiété et de la peur en ce moment ») réduit considérablement leur intensité.

Alors, la prochaine fois que vous constaterez que vous refoulez vos émotions, essayez plutôt de les accueillir.

Analyser ses pensées
Nos pensées influent considérablement sur ce qu’on ressent, mais elles ne correspondent pas toujours aux faits. Pensez à la dernière fois où vous étiez en retard et que vous deviez attendre à un feu rouge – vous pensiez probablement que « cela m’arrive toujours » ou que « tout va mal aujourd’hui ». Ces pensées ne représentent probablement pas la réalité, mais elles se sont formées en fonction de vos émotions du moment. Une partie importante de la gestion du stress et de l’anxiété est donc de prendre davantage conscience de ses pensées.

Lorsqu’on ressent du stress, de l’anxiété ou une émotion forte, il arrive souvent que certaines fausses idées naissent dans notre esprit. Elles prennent généralement la forme d’une généralisation excessive (« Je ne m’adapte jamais bien aux changements »), d’une pensée dichotomique (« Mon travail est absolument horrible parce que je ne peux plus travailler de la maison maintenant »), d’une déduction non fondée (« Je suis sûr que mon patron n’en peut plus de m’entendre répéter combien ça me stresse de retourner au bureau »), de la divination (« Personne ne va me parler le premier jour de mon retour ») ou d’une pensée catastrophiste (« Je vais attraper la COVID-19 le premier jour de cours, je vais devoir abandonner mes études et je ne trouverai jamais d’emploi »). On commet tous ces erreurs de raisonnement, mais il est important de s’en rendre compte et de se questionner.

Une bonne façon de le faire est de se poser les bonnes questions : 1) Ai-je la preuve que cette idée est vraie? 2) Ai-je la preuve que cette idée est fausse? Ensuite, une fois que vous avez observé les preuves que vous avez, vous pouvez les utiliser pour formuler une nouvelle pensée qui correspondra mieux à la réalité.

Maintenir sa routine
Lorsqu’il est question de gérer sa santé mentale, les routines ont un effet incroyablement protecteur. Elles aident à conserver un sentiment de contrôle et à mieux composer avec les changements qui échappent à notre contrôle. Tout comme votre routine a été importante pour vous adapter au travail ou à l’apprentissage à la maison, elle est tout aussi importante pour vous adapter au retour au bureau ou en classe.

Gardez autant que possible votre routine habituelle en dehors du travail et de l’école, une routine réconfortante qui vous est familière et qui est fondée sur vos valeurs. Pour moi, cela se résume à prendre mon café le matin à l’îlot de ma cuisine, à aller au gym ou à me promener pendant ma pause du midi et à prendre un bain ou une douche ou allumer une chandelle avant le coucher. Votre routine n’a pas à être la même tous les jours, mais en général, elle doit comprendre au moins une activité qui 1) vous apporte plaisir, joie ou réconfort, 2) vous permet de vous réaliser ou de vous accomplir et 3) vous fait bouger. Quelle que soit votre routine, essayez de faire en sorte qu’elle vous procure ces trois éléments chaque jour.

Certaines parties de votre routine peuvent également changer avec le retour au travail ou à l’école, comme l’heure du réveil ou du coucher ainsi que les déplacements. Commencez à vous adapter à ces changements avant de retourner au bureau ou en classe. Si vous le pouvez, vous pourriez également faire un essai avant votre retour officiel. Retournez au bureau avant votre date de début et prenez note mentalement de l’endroit où se trouve votre place de stationnement, assoyez-vous à votre bureau et préparez-le, allumez votre ordinateur et organisez vos dossiers. Ou encore, exercez-vous à faire le trajet jusqu’à votre établissement scolaire, trouvez l’emplacement de chacun de vos cours et explorez le bâtiment ou le campus jusqu’à ce qu’il vous soit familier.

Prendre soin de soi et respecter ses limites
Il est toujours important de prendre soin de soi, et encore plus en période de changement dans sa vie. Tout d’abord, élaborez un plan pour vous assurer que vous vous occupez de vos besoins physiques. Apportez une bouteille d’eau au bureau ou en classe, ayez des collations dans votre sac ou à votre bureau, assurez-vous de vous lever pour vous étirer et prenez des pauses au besoin. En tenant compte de ses besoins physiques, il est beaucoup plus facile de faire face à ses émotions et aux facteurs de stress qui surviennent. De plus, assurez-vous d’intégrer des activités agréables qui viennent ponctuer votre journée : écoutez un balado pendant vos déplacements, passez à votre café préféré au dîner et faites de votre bureau un espace relaxant et réconfortant. Pensez aussi à ce dont vous aurez besoin pour vous sentir en sécurité dans le contexte de la COVID-19, comme avoir des masques supplémentaires, des lingettes désinfectantes et du désinfectant pour les mains à votre bureau ou dans votre sac.

Prendre soin de soi consiste également à établir et à maintenir des limites avec les autres. Il y aura inévitablement des conversations qui porteront sur la COVID-19, les vaccins, les masques et la distanciation sociale entre collègues et pairs. Chacun aura des opinions différentes et sera plus ou moins à l’aise de les partager. Prenez le temps de réfléchir à vos propres limites et à votre niveau de confort au préalable. Une fois que vous aurez une idée de vos limites, pensez à comment vous voudrez les communiquer aux autres et à la façon dont vous traiterez certaines questions et sujets de conversation.

Demander du soutien
Surtout, n’oubliez pas que vous n’êtes pas seul dans votre situation. Les milieux de travail et les établissements scolaires savent qu’il s’agit d’une période stressante, alors profitez du soutien qu’ils vous offrent. Communiquez avec votre gestionnaire, votre représentant des RH, votre enseignant, votre registraire ou votre conseiller en orientation au sujet de toute politique liée à la COVID-19 que vous souhaitez connaître ou de toute préoccupation concernant votre retour au travail ou en classe. Il se peut également que votre employeur mette sur pied des groupes de soutien par les pairs pour vous aider à vous adapter au retour au bureau, ou que votre centre d’orientation scolaire organise des séminaires et des programmes pour vous aider dans la transition.

Si vous éprouvez des difficultés, nous sommes là pour vous aider. Communiquez avec nous ou visitez notre site Web pour remplir votre évaluation si vous êtes prêt à commencer votre thérapie.

Traduction libre de l’anglais. 

Adopter une routine qui vous convient

Retour à la page principale

Abonnez-vous à Vivre avec résilience par MindBeacon

Recevez les dernières nouvelles sur tout ce qui touche la santé mentale, par courriel chaque mois!